Imprimer cette page

Assemblée Nationale du Burundi

Le Deuxième Vice-président de l’Assemblée nationale rencontre les élus du peuple de la commune de Vyanda à Kigutu.

 

JPEG - 176.4 ko
Visite guidée dans les jardins potagers :
Le Deuxième Vice-président de l’Assemblée nationale se fait expliquer la dénomination et l’importance de différentes catégories de légumes.

Un don du Ciel ! Un paradis terrestre ! Autant de qualificatifs pour désigner le Village Hearth Work de Kigutu, c’est en zone de Gitsiro de la commune de Vyanda en province de Bururi. Avec ses jardins tantôt fleuri, tantôt potager, le Village Hearth Work de Kigutu est synonyme de Déogratias Nizonkiza, son initiateur. Patriote par excellence, le Docteur Déogratias Nizonkiza est loué par la population du coin. Il a transformé la forêt en un complexe multidimensionnel, digne d’un site touristique. Centre hospitalier d’une part, le Village Hearth Work de Kigutu dispose d’autre part des leaders communautaires qui forment la population en techniques nutritionnelles, d’où l’importance des jardins potagers.

Dès son arrivée au Village Heart Work de Kigutu vendredi, le 19 mars 2021, pour la deuxième phase de son périple dans les six communes de la province de Bururi, le Deuxième Vice-Président de l’Assemblée nationale avec sa délégation de Parlementaires de la circonscription de Bururi, ont eu droit à une visite guidée. De belles bâtisses ont été érigées pour agrandir le centre. C’est notamment le bloc opératoire et la maternité.

JPEG - 120.9 ko
L’Honorable Abel GASHATSI visite un immeuble en chantier.

Le grand défi auquel ce complexe est confronté concerne l’énergie électrique. Alors qu’il a besoin d’un transformateur d’une puissance de 600Kwh, le transformateur de la REGIDESO en fournit 200. L’Honorable Abel Gashatsi a alors promis de soumettre la question aux autorités habilitées.

Dans son message, l’Honorable Abel Gashatsi a démontré combien c’est un honneur pour un patriote de la diaspora de voler au secours de sa communauté restée au pays.

Un autre nouveau thème développé par le Deuxième Vice-président de l’Assemblée nationale concerne les commissionnaires en matière juridique. Il faut se lever comme un seul homme pour décourager ce genre de métier.

La pratique d’organiser des compétitions au niveau des collines a été instaurée, a informé le Visiteur de marque qui a invité tout un chacun à être vigilent. Si un enseignant défaille à sa mission, il faut le dénoncer, a-t-il illustré.

JPEG - 99.3 ko
Le Deuxième Vice-président de l’Assemblée nationale en réunion

L’Honorable Athanase Hatungimana a invité les participants à la réunion de se demander pourquoi ils ont été choisis parmi tant d’autres. C’est, a-t-il répondu, parce que vous êtes des élus, et donc des modèles. Vous êtes de ce fait au service du peuple, a-t-il insisté. Vous êtes appelés à mobiliser la population autour des travaux de développement communautaire, a-t-il recommandé.

Partageant sa propre expérience, il a révélé son état d’éleveur moderne. Les vaches de race améliorée se multiplient à un rythme accéléré à telle enseigne qu’il manque même à qui donner une vache en guise de cadeau. Et un participant de se proposer spontanément pour cette grâce. Chose due, chose faite, séance tenante.

A propos des coopératives, elles sont parmi les mobiles qui ont contribué à l’assassinat du Prince Louis Rwagasore, a-t-il signalé comme pour souligner leur importance.

Quant à l’Honorable Ernest Nahimana, il a proposé à l’Administrateur communal de Vyanda de prendre au sérieux les frais d’encouragement des chefs collinaires qui doivent figurer parmi les priorités des dépenses communales. Il a aussi exhorté la population à élire des personnes à la hauteur de leur fonction et non des figurants. Il n’existe pas de colline sans moniteur agricole, a-t-il espéré en invitant la population à recourir aux cultures qui caractérisaient dans le temps la région mais qui sont disparues au fil du temps. C’est notamment le blé et le sorgho.

Tout en rendant hommage à monsieur Déogratias Nizonkiza qui a été en quelque sorte le moteur du développement dans le coin, la majorité des interventions avait trait au délogement de la population. Certes, le Gouvernement leur a octroyé un domaine et même construit des maisons, mais ils n’ont aucun document attestant que le lopin de terre leur appartient, se plaignaient les uns pendant que les autres réclamaient de figurer sur la liste des bénéficiaires de cette grâce d’être logé ailleurs. D’autres encore accusent les intermédiaires entre l’initiateur du projet et la population de la place de semer la discorde. Un intervenant a souhaité d’instaurer un regroupement en village dans le lieu où ils ont été placés.

Pour le Deuxième Vice-président de l’Assemblée nationale, les défis sont liés à la nature humaine. L’essentiel, a-t-il nuancé, est de trouver à qui se confier. Et de tranquilliser qu’ils trouveront une issue favorable.

Il a été signalé le cas d’un éleveur qui a frappé un agriculteur qui lui intimait l’ordre de retirer le troupeau de son domaine.

Selon l’Honorable Abel Gashatsi, c’est une façon de saboter le programme du Gouvernement relatif à la stabulation permanente qui ne doit en aucun cas reculer. Si non, la justice doit être saisie pour celui qui a frappé injustement ce citoyen.

JPEG - 141.7 ko
Vue des participants

Frontalière à la commune de Vugizo en province de Makamba, la colline de Kagona, désenclavée, écoule ses produits là où les routes sont praticables, a signalé un intervenant qui a déploré le manque à gagner enregistré par sa commune. En outre, la colline n’est pas doté d’un hôpital malgré son immensité, a-t-il encore regretté avant de démontrer combien un pont qui relierait Vyanda et Vugizo serait d’une importance capitale.

Auparavant, le petit peuple fuyait quand il apercevait un dirigeant, a commenté un participant qui a été impressionné par cette pratique des Parlementaires qui reviennent dans leur circonscription pour s’enquérir des doléances de leur électorat. Il leur a rendu vivement hommage. Il avait déjà connu la démarche lors de son exil dans un pays voisin, s’est-il souvenu avant de jurer que c’est pour sa première expérience au Burundi.



Assemblée Nationale du Burundi
URL de l'article: http://www.assemblee.bi/spip.php?article2305