Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Contrôle de l’Action gouvernementale

Le Parlement en congrès : Le Premier Ministre présente le rapport d’analyse du plan d’actions annuel du Gouvernement, exercice 2022/2023.

Le cadre légal et la passation du marché sont les éléments incontournables pour dresser le budget-programme, a déclaré le Président de l’Assemblée nationale. Le Très Honorable Gelase Daniel Ndabirabe, qui s’exprimait vendredi 16 décembre 2022 devant le Parlement réuni en congrès pour suivre le rapport d’analyse du plan d’actions annuel du Gouvernement, exercice 2022/2023, tranquillisait le Premier Ministre. Le Lieutenant-Général Gervais Ndirakobuca présentait en effet ses excuses pour le retard enregistré avant de présenter ce rapport, le retard amputé à l’introduction de la nouvelle méthode de budget-programme.

A propos du rapport d’analyse de plan d’actions du Gouvernement proprement dit, le Premier Ministre a d’emblée rappelé que ce plan d’actions trouve son fondement dans le Plan National de Développement du Burundi, PND Burundi 2018-2027. La planification annuelle au Burundi, a-t-il annoncé, se fait conformément à celle des autres pays de la Communauté Est-Africaine. Elle commence le 1er juillet de l’année et se termine le 30 juin de l’année suivante. Elle constitue la synthèse des actions phares que les ministères ont planifiées pour l’année budgétaire 2022/2023.

A titre illustratif, en matière de la bonne gouvernance, il est prévu la modernisation des services publics par le biais de la digitalisation des services pilotes de l’état-civil. Il y a aussi la promotion du développement communautaire matérialisée par la mise en œuvre du programme de villagisation et l’appui aux coopératives collinaires.

Dans le domaine de la santé, on notera l’ouverture et l’équipement des services de kinésithérapie à l’Institut National de la Santé Publique (INSP) et à l’hôpital de Muyinga et Ijenda. Les hôpitaux communaux seront aussi dotés de 50 ambulances médicalisées et non médicalisées. A propos du développement régional et international, il existe le budget alloué pour assurer le suivi pour le financement du projet de construction du bâtiment qui abritera les services du ministère des affaires étrangères et du projet de réhabilitation de l’aéroport international Melchior Ndadaye, du port de Bujumbura, ainsi que de la déviation de la RN1. Les interventions des parlementaires se sont focalisées sur le budget-programme que certains considèrent comme un casse-tête, à telle enseigne que certains ont même proposé un refinancement des communes. Mais le Premier Ministre a balayé d’un revers de la main cette option qu’il a qualifiée de rétrograde.

Tel le bourgeois gentilhomme qui faisait de la prose sans le savoir, le budget-programme fait partie de notre train de vie. Certes la nouvelle méthode est intervenue alors que l’ancienne pratique était déjà en cours, mais les administrateurs communaux ne devraient pas être inquiétés. Le congrès a donc fixé le mois de février prochain pour que tous ces administratifs à la base soient formés en la matière.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |