Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ÉVÉNEMENTS » Événements

Le Président de l’Assemblée nationale aux cotés des chrétiens du Mont Sion à l’Assomption

Publié samedi 15 août 2020
parChristine Nahimana
:
JPEG - 7.6 ko
Mgr Anatole RUBERINYANGE au cours de son homélie

La paix, le pardon et la réconciliation, tel est l’essence du Sanctuaire marial de Gikungu, s’est réjoui le Vicaire Général de l’Archidiocèse de Bujumbura. Monseigneur Anatole RUBERINYANGE l’a révélé samedi 15 août 2020 au cours de son homélie lors de la fête de l’Assomption, une messe qui a vu la participation de hautes Autorités du pays dont le Président de l’Assemblée nationale et son épouse, le Vice-Président de la République et son épouse, le Maire de la ville de Bujumbura et l’Administrateur communal de Ntahangwa. Le Sanctuaire marial, a-t-il rappelé, qui a été construit quand le tissu social était déchiré en morceaux, n’a pas tardé à porter ses fruits. A travers la montée de la Vierge Marie au ciel, nous célébrons sa victoire.

JPEG - 12.5 ko
Au cours de la messe :
Le Président de l’Assemblée nationale, le Très Honorable Gélase-Daniel NDABIRABE (au milieu), son épouse (à sa gauche), le Maire de la ville de Bujumbura (à sa droite)

Mais êtes-vous imprégné de la signification de cette fête de l’Assomption, a-t-il interrogé en fondant son doute sur la prolifération de plusieurs sectes qui ne vouent pas à la Vierge Marie la place qu’il lui faut. C’est une erreur qui est du reste compréhensible puisque notre cerveau est infiniment petit. D’ailleurs, a-t-il insisté, au cours du credo nous reconnaissons que nous croyons en Dieu qui a créé des choses visibles et invisibles. La montée au ciel de la Mère du Christ rentre dans les dogmes de foi, c’est-à-dire des vérités à croire et non à démontrer scientifiquement.

JPEG - 12.6 ko
Vue des enfants de choeur

La montée de la Vierge Marie au ciel a éclaté au grand jour quand il a été constaté que son corps n’a pas été décomposé. Cette vérité a été introduite petit à petit à l’Eglise Catholique. Déjà au IVème Siècle, plus précisément en 373, Saint Ephrem a déclaré que le Corps de la Vierge Marie n’a nullement été décomposé et au VI ème Siècle d’autres Saints lui ont emboîté le pas. Mais c’est sous le règne du Roi Maurice de Byzance que la fête a été introduite lors de l’inauguration d’une Eglise construite à ses frais le 15 août. Mais la pratique a été vulgarisée par le Roi Louis XIII en 1637, au XVIIème Siècle, il a recommandé que dans toutes les Eglises de France, on fasse un pèlerinage pour implorer la Vierge Marie d’intercéder pour que le Seigneur offre un héritier au Roi. L’année suivante, Louis XIV était là. Les témoins proclamèrent alors ce signe inoubliable et continuèrent à louer cette fête de l’Assomption.

JPEG - 5.7 ko
Les troupes culturelles ont agrémenté la fête.

Au XIXème siècle, sur une période allant de 1854 à 1945, environ 8 millions de chrétiens ont adressé une requête au Pape pour le supplier de reconnaître que la montée de la Vierge Marie au ciel comme une vérité absolue. La pratique était déjà de mise mais à cette époque, le phénomène de dogme de foi n’existait pas encore. Par après 1. 332 Evêques ont eux aussi envoyé une correspondance au Saint-Père, suivis 80.003 Abbés et autres hommes de l’Eglise. Ces supplications ont alors poussé le Pape Pie XII a organisé un Congrès, un synode à l’endroit des Evêques du monde entier pour statuer sur le cas. 90% ont voté POUR tandis que 10% se sont abstenus. Le 1er novembre 1950, le Pape Pie XII a déclaré haut et fort que le Corps de la Vierge Marie n’a jamais été décomposé. Par ce fait, la Mère et le Fils ont partagé le triomphe. D’ailleurs les lectures du jour l’ont démontré.

JPEG - 6.7 ko
Le Président de l’Assemblée nationale salue les chrétiens sur son passage vers le Sanctuaire marial.

Même pour les Saints ordinaires, il a été constaté que leur corps est resté intact, à l’instar de Saint Jean- Marie Vianney, Curé de la paroisse de Lyase. Si un tel est difficile à assimiler ce dogme, le mieux est de lui expliquer qu’il comprendra au fil du temps. Ce qui est mauvais, c’est de traduire de mensonges tout ce qu’on ne croit pas. Il faut patienter. Le Prédicateur du jour a démontré aux chrétiens combien il est inutile de discuter avec les croyants d’autres confessions religieuses, une fois rentrés à la maison.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |