Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Contrôle de l’Action gouvernementale

Questions orales avec débat à l’endroit du ministre du Commerce, Industries et Tourisme

Publié dimanche 20 octobre 2019
parArlette Akimana
:
JPEG - 80.6 ko
Le ministre en charge du Tourisme répondant aux questions des Députés

Le Burundi occupe la dernière place au sein de la Communauté Est Africaine dans le domaine du Tourisme. C’est le constat amer du ministre en charge du Tourisme Jean Marie NIYOKINDI, à l’Assemblée Nationale mercredi 16 octobre 2019 dans une séance de questions orales avec débat lui adressées. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Par exemple en 2017, le Burundi ne fait entrer que 160millions de dollars contre 2millliards de dollars de la Tanzanie.

Le ministre Niyokindi cite entre autres causes le non aménagement des sites touristiques, la plupart ayant été détruits par les conflits qu’a traversé le pays, le faible engouement des burundais pour le Tourisme, l’insuffisance d’un parc hotelier adéquat surtout dans les provinces de l’intérieur du pays, etc. Il indique également que les parcs ne sont pas bien aménagés, les animaux manquant aussi d’entretien et de soins

Plusieurs actions sont en cours pour redynamiser le Tourisme au Burundi, a poursuivi ce membre du Gouvernement, en réponse à la question y relative de la Députée Odette HABONIMANA. Des sites touristiques sont en cours d’aménagent tandis que d’autres sont déjà terminés. C’est notamment l’enclos royal de Muramvya, le site mémorial de Kiganda et le sanctuaire des tambours de Gishora.

JPEG - 106.4 ko
La séance plénière était dirigée par le Premier Vice-Président de l’Assemblée Nationale

A la question en concernant des animaux qui auraient été déplacés vers les pays voisins pendant la période de crise, le ministre Niyokindi a comfirmé qu’il y a eu effectivement 20 chimpanzé que le Burundi a réfugié au parc Nanyuki au Kenya pendant la crise en 1994, avec des accords de partage des revenus touristiques que ces bêtes engendreraient, mais le Burundi n’a rien reçu.

En ce qui est du classement des hotels, a indiqué le ministre du Tourisme, en réponse à une question d’un Député, peu d’hotels burundais sont classés parmi les meilleurs. Mais il y en a quand même qui sont classés cinq étoiles dont l’Hotel Club du Lac Tanganyika, l’Hotel Bel Air et l’Hotel Royal Palace. Les classement dépend surtout des employés et des gérants qualifiés, des services disponibles, de l’espace, etc. Il encourage les burundais à investir dans le secteur hotelier de qualité, ce qui est une condition essentielle pour pouvoir attirer les touristes.

JPEG - 139.9 ko
Vue des Députés pendant la séance

Pour certains Députés, il faudrait que ce secteur du Tourisme soit logé au sein ministère ayant les fôrets et l’environnement dans ses attributions, ceci permettra un meilleur entretien des fôrets et des animaux, ce à quoi le ministre a répondu que ce serait limiter d’autres aspects du Tourisme, puisqu’il est pluridisciplinaire.

Les Député ont demandé au ministre qu’il y ait une politique de communication extérieure et intérieure autour des potentialités touristiques au Burundi, ce à quoi le ministre à répondu que des actions sont aussi en cours de réalisation dont un film documentaire qui est en cours de production et qui sera projeté dans des espaces tels que le aéroports, les réunions internationales, etc.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |