Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Contrôle de l’Action gouvernementale » Questions orales

Questions orales à l’endroit de deux Membres du Gouvernement.

Publié vendredi 24 mai 2019
parChristine Nahimana
:

La population résident à la localité de KUWINTEREKWA, c’est en zone de Gihosha dans la commune urbaine de Ntahangwa, est sommée à déménager. Ce conseil a été lancé jeudi 23 mai 2019 par le Ministre de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage au cours de la séance des questions orales à l’endroit de deux Membres du Gouvernement. A côté du Docteur Déo Guide RUREMA, il y avait aussi l’Ingénieur Jean-Bosco NTUNZWENIMA, Ministre des Travaux Publics et de l’Urbanisme.

JPEG - 36.6 ko
Les deux Membres du Gouvernement sont les Invités du jour.

Ce ravin n’est pas prêt à s’arrêter, a poursuivi le Ministre en charge de l’Environnement qui juge que la localité de KUWINTEREKWA, naguère domaine rizicole, n’est nullement un quartier résidentiel.

Le Docteur Déo Guide RUREMA a par la même occasion livré son numéro du téléphone portable aux Honorables Députés pour qu’ils dénoncent toute usine de décorticage qui abuse les caféiculteurs. Il réagissait en effet aux propos d’un Député qui accusait une station de décorticage de profiter de la fermeture de certaines usines des environs pour acheter le café cérise à moitié prix. Alors que le prix du café cérise coûte 500FBU par kilogramme, cette usine taxe de cérise B, tout produit des caféiculteurs qui s’y dirigent. Au lieu du produit normal, l’usine achète le kilogramme à 250 FBU. Le paysan qui vit dans la paupérisation accepte malgré lui ce prix.

JPEG - 38.3 ko
Les Membres du Bureau de l’Assemblée Nationale.

Même si le Ministre de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage a rejoint les Députés pour déclarer que la production du poisson n’est pas satisfaisante, une opinion a conseillé l’usage d’un matériel sophistiqué. Selon cet intervenant, à l’époque où le lac Tanganyika était exploité par les Grecs, le poisson était péché en surnombre à telle enseigne qu’il manquait de clients. Or, même actuellement, il existe au fond du lac, de gros poissons, en quantité élevée même. Seulement, le matériel usagé n’est pas adéquat pour l’atteindre. Et de suggérer le partenariat pour assurer la pêche industrielle sur le lac Tanganyika.

Par ailleurs, la plénière a plaidé pour les fonctionnaires de l’Etat qui doivent s’aligner en longue file d’attente en quête de bus avant d’arriver à domicile. Le Ministre Jean Bosco NTUNZWENIMANA a tranquillisé. Le Gouvernement a déjà commandé des bus de transport dont la capacité s’évalue à 80 personnes à bord. En attendant, le Gouvernement va sévir contre les bus qui sont en service pendant la journée mais qui arrêtent de fonctionner le soir.

JPEG - 54.5 ko
Vue partielle des Députés.

Pour ceux qui doutent de la faisabilité des études avant d’octroyer des parcelles dans telle ou telle autre localité qui devient par après inondée, le Ministre des Travaux publics, des Transports et de l’Urbanisme a énuméré quelques raisons qui expliquent cet état de fait. L’Ingénieur Jean Bosco NTUNZWENIMANA qui a d’abord rassuré que beaucoup d’études ont réalisées et ont d’ailleurs abouti au plan de lotissement de ces quartiers a ensuite avancé que les pluies diluviennes, les actions de l’homme, les constructions anarchiques et la surpopulation sont entre autres facteurs qui favorisent l’inondation.

Pour pallier à ce fléau, quelques actions sont menées, a déclaré le Ministre de tutelle qui a proposé un plan dans les zones non aménagées, la réhabilitation des rivières dans leur lit, le traçage d’immenses caniveaux capables de drainer l’eau jusqu’au lac Tanganyika. Et de se réjouir que des travaux sont déjà réalisés pour le cas des rivières Gasenyi, Nyabagere et Kinyankongwe grâce à l’appui de la Banque Mondiale. Quant au PNUD, il est intervenu pour la rivière Ntahangwa, a-t-il encore complimenté avant de précisé que le phénomène de surpopulation exige un plan d’assainissement. Or, a-t-il poursuivi, des études sont déjà menées dans ce sens.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |