Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Atelier de formation des Parlementaires sur l’environnement.

Publié samedi 23 mars 2019
parChristine Nahimana
:

Les autorités administratives assistent, impuissantes, à l’occupation des terres domaniales, a alerté vendredi 22 mars 2019 une opinion qui a plutôt encouragé les Parlementaires à prendre les choses en main.

JPEG - 145.9 ko
Photo de famille de certains participants à l’atelier

C’était au cours d’un atelier organisé conjointement par le Parlement du Burundi, l’Union Interparlementaire (UIP) et le Programme des Nations Unies pour l’environnement sous le thème « Promouvoir la participation parlementaire dans le domaine des changements climatiques ». Dans son discours d’ouverture, le Président de l’Assemblée Nationale a loué l’UIP pour ses appuis multiformes envers le Parlement Burundais et l’a exhorté à continuer sur cette lancée. Par ailleurs, le Très Honorable Pascal NYABENDA a reconnu que « les changements climatiques et les catastrophes naturelles sous-jacentes constituent l’une des plus grandes menaces pour les populations du monde, particulièrement pour les plus pauvres qui manquent de moyens suffisants pour faire face aux conséquences de plus en plus dramatiques ».

JPEG - 88.9 ko
Le Président de l’Assemblée Nationale prononçant le discours d’ouverture

En se référant aux négociations internationales sur les changements climatiques, a-t-il poursuivi, en particulier la dernière Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP24), les parlementaires, a-t-il espéré, sont appelés à formuler des attentes, à l’égard de la prochaine conférence sur le climat (COP25) et à proposer le type de lois et d’actions parlementaires nécessaires pour aider le Gouvernement à mettre en œuvre l’Accord de Paris et les Contributions Déterminées au niveau National (CDN).

Concernant la gestion foncière, personne ne veut prendre la responsabilité, du chef collinaire au Gouverneur de province en passant par le chef de zone et l’administrateur communal, a réagi l’Honorable Samuel NDAYIRAGIJE dont la présentation portait sur les questions liées aux changements climatiques au Burundi. Délégué du Ministère de l’Environnement, de l’Agriculture et de l’Elevage, il répondait à un intervenant qui accusait le Gouvernement de manque de fermeté à l’égard de ceux qui transgressent les règles environnementales.

JPEG - 138.2 ko
Vue partielle des participants à l’atelier

Il a aussi révélé la résistance des éleveurs de la localité de Kigaramango qui refusent d’enlever un cheptel d’un millier de bovins. Ailleurs, a-t-il encore déploré, l’environnement coiffe tous les domaines, ce qui n’est pas le cas pour le Burundi.

La pollution résulte de l’industrialisation, a déclaré un intervenant qui a aussi démontré que les pays industrialisés qualifiés de grands pollueurs, devraient en principe indemniser les pays en voie de développement.

Dans le Plan d’action parlementaire sur les changements climatiques, il est précisé que « les pays développés doivent veiller à ce qu’ils respectent leur engagement à fournir aux pays en développement 100 milliards de dollars E.-U. par an jusqu’en 2020 aux fins d’atténuation et d’adaptation.

JPEG - 121.9 ko
Vue de profil des participants à l’atelier

Au terme de cet atelier, les Parlementaires ont émis quelques recommandations à l’endroit du Gouvernement dont l’introduction du cours d’environnement dans le programme de l’enseignement fondamental.

C’est le Deuxième Vice-Président du Sénat qui a procédé à la clôture de l’atelier. Dans son allocution, l’Honorable Anicet NIYONGABO a félicité le Gouvernement du Burundi à travers son programme « Ewe Burundi urambaye » et la journée de l’environnement chaque jeudi de la semaine.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |