Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Le Président de l’Assemblée Nationale rehausse de sa présence la croisade de MAC.

Publié mardi 20 novembre 2018
parChristine Nahimana
:

La maîtrise de soi doublée d’espoir, garder le secret et s’occuper utilement, tels sont les nouveaux points développés dimanche 18 novembre 2018 par le Président de l’Assemblée Nationale lors d’une croisade organisée par la Confédération " Ministères Africains de Compassion", MAC en sigle, dans les enceintes de l’ARFIC.

JPEG - 82.7 ko
Le Président de l’Assemblée Nationale s’adressant aux chrétiens

De prime abord, le Très Honorable Pascal NYABENDA a averti que la maîtrise de soi se manifeste sous plusieurs aspects. D’abord pour les jeunes qui doivent traverser la période de l’adolescence qui est jugée difficile. C’est un stade pendant lequel des marginaux surgissent. Ceux qui manquent de vision abandonnent le banc de l’école pour former des foyers. Pour cette même catégorie de jeunes, la maîtrise de soi se manifeste au sujet du niveau de vie différent pour les camarades de classe. Il y en a qui sont aisés financièrement mais qui pataugent en classe. Il y en d’autres qui excellent aux cours mais qui sont dépourvus du minimum vital. Toutes ces situations requièrent la maîtrise de soi en espérant au lendemain meilleur.

Le Numéro Deux Burundais a ensuite illustré le cas des couples sans enfants. Il les conseille de garder espoir. Les remues ménages qui caractérisent certaines familles prendront fin, a-t-il encore encouragé. C’est pathétique pour les adeptes de telle ou telle autre église d’assister aux chicaneries de leurs prédicateurs, a déploré le Président de la Chambre Basse du Parlement Burundais. Le même phénomène se produit dans les différentes associations dont les formations politiques.

JPEG - 121.8 ko
Vue de profil des chrétiens

Le mieux est de prier pour éviter ces dissensions. A propos de l’attitude de garder le secret, l’Hôte de marque a confié que le pays, l’association ou l’église se construit à base du secret. Toute chose n’est pas bonne à dire, a-t-il déclaré avant de conseiller d’abord à savoir ce qu’il faut dire, ensuite à identifier l’interlocuteur et enfin à planifier l’endroit. Il a illustré ses propos par le cas d’un remue-ménage. Si l’un des conjoints divulgue le secret, sur les 100 personnes avec qui il va s’entretenir, un quart va compatir tandis que les trois quarts vont lui rire au nez. Il a aussi parlé de son expérience quand il dirigeait le parti présidentiel. Il aurait reçu moins de dix personnes en audience qui ne quémandaient pas. Il garde surtout le souvenir d’un vieillard qui venait de l’intérieur du pays juste pour livrer des conseils, une valeur qui manque pourtant au pays. Au lieu de redresser quelqu’un qui s’écarte du droit chemin, les gens préfèrent plutôt l’enfoncer, a-t-il regretté. La pratique de discernement va de pair avec cette attitude de garder le secret. Un dirigeant entend tous les commérages. C’est à lui de mener des investigations. Si la vérité éclate au grand jour, il est défendu de révéler la source sinon c’est la bagarre.

Le Très Honorable Pascal NYABENDA a parlé de s’occuper utilement en invitant les jeunes à ne pas mépriser aucun emploi. Il les a également encouragés à œuvrer en coopératives.

Remontant sur la genèse de MAC, le Représentant légal de l’association a loué le Président de l’Assemblée Nationale qui a déjà répondu présent à sept croisades depuis 2016 quand la Confédération a lancé sa campagne de croisades sous le thème de « l’unité dans la diversité », une campagne qui va durer une période de dix ans à raison de deux croisades par an. C’est cette bravoure du Très Honorable Pascal NYABENDA qui a poussé le Pasteur Aimé Pascal NKURUNZIZA a lui décerné un certificat d’honneur.

JPEG - 106.4 ko
Les représentants de MAC donnant un certificat de reconnaissance au Président de l’Assemblée Nationale

En guise de reconnaissance, le Président de l’Assemblée Nationale a promis d’octroyer l’uniforme à la chorale de MAC.

Pour ceux qui s’étonnaient de la présence d’un prédicateur venu des Etats-Unis d’Amérique malgré les médisances sur le Burundi, il a confié qu’il n’a pas peur de prêcher dans des eaux troubles. Il est même allé à Chicago, a-t-il avoué. Il a également partagé l’expérience de sa ville de Texas où existe une église où on prie 24h sur 24. Et d’inviter Bujumbura à emboîter le pas à Texas. Les effets sont palpables, a-t-il rassuré.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |