Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Le Parlement en Congrès pour débattre sur le rapport provisoire de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR).

Publié jeudi 11 octobre 2018
parNikiza Providence
:

« Le rapport provisoire de la CVR n’est pas prévu au niveau de la loi et a été reçu par le Bureau de l’Assemblée Nationale vers la fin de mandat et pour la première fois », s’est étonné mercredi 10 octobre 2018 le Président de la Commission des Affaires Politiques, Administratives, des Relations Extérieures et de la Communauté Est-Africaine.

JPEG - 98.3 ko
Les Membres du Bureau du Parlement réunis en congrès

Pour l’Honorable Gélase-Daniel NDABIRABE qui s’exprimait lors du Parlement en Congrès pour débattre sur le rapport provisoire de la Commission Vérité et Réconciliation, « cela pourrait supposer que ledit rapport provisoire n’a été produit que pour des raisons de demande de prorogation du mandat de la CVR et de la hausse du budget octroyé à la CVR ». Néanmoins, a-t-il nuancé, la Commission saisie confirme que des moyens financiers supplémentaires et suffisants ainsi qu’une prorogation du mandat sont nécessaires à la poursuite des activités de la CVR. Compte tenu des activités restantes à réaliser après le mandat de 4 ans, a-t-il poursuivi, la Commission saisie constate que la CVR est encore à la phase préparatoire dans l’accomplissement de ses missions puisque les enquêtes proprement dites n’ont pas encore commencé. Pour atteindre ses objectifs, la CVR a besoin d’un renforcement de compétences. Le Congrès du Parlement a aussi été renforcé par quatre Membres du Gouvernement. Outre le Ministre de l’Intérieur, de la Formation patriotique et du Développement local, Monsieur Pascal BARANDAGIYE et le Ministre de la Sécurité publique et de la Gestion des Catastrophes, le CPP Alain-Guillaume BUNYONI, on notait aussi la présence du Ministre de la Justice, de la Protection civique et Garde des Sceaux, Maître Aimée Laurentine KANYANA et du Ministre des Droits de la Personne humaine, des Affaires sociales et du Genre, Monsieur Martin NIVYABANDI. A l’issue de cette séance plénière, le Parlement a sorti une déclaration.

JPEG - 96.2 ko
Les auqtres membres du gouvernement répondant aux questions des Parleéentaires réunis en congrès

A propos de ce renforcement des compétences, la plénière a conseillé de sortir du carcan politique pour engager des experts en la matière et même des consultants. L’usage du carbone 14 pour la datation et de l’ADN, a-t-elle illustré, requièrent des spécialistes. Au total, 4.000 charniers ont déjà été identifiés à travers le pays. Le mieux serait de bien conserver les reliques qu’on retrouve par hasard ici et là, a jugé la plénière. C’est à ce stade que le ministère de la Sécurité publique et de la Gestion des Catastrophes est sollicité, si on en croit les propos du CPP Alain-Guillaume BUNYONI. Les Députés ont aussi recommandé à la CVR de produire des rapports au fil du temps, des rapports à mi-parcours. La population sera du coup éveillée par les réalisations de la CVR qui est par ailleurs encouragée à poursuivre ses missions de justice transitionnelle et de réformes institutionnelles, pour ne citer que celles-là. Même si les moyens financiers ne sont pas là, a fait remarquer une opinion, force est de constater qu’il existe plusieurs organisations qui opèrent dans ce domaine. Ces organismes peuvent épauler dans l’un ou l’autre volet, l’essentiel est de palper le produit fini au lieu de gérer les financements. Sur ce point, la Secrétaire Générale de la CVR a apporté des éclaircissements. La CVR collabore beaucoup avec des associations dont les confessions religieuses. Maître Clotilde NIRAGIRA a aussi précisé que la CVR n’a pas de pouvoir juridictionnel. Les enquêtes proprement dites n’ont pas encore démarré, a-t-elle ajouté avant de signaler que la recherche documentaire est autorisée par la Loi. Cette recherche documentaire fait office d’archives, les archives constituent au final le Patrimoine de l’Etat, a-t-elle démontré. Pour le Ministre de l’Intérieur, de la Formation patriotique et du Développement local, son institution analyse d’abord les missions assignées à telle ou telle autre association avant de lui délivrer la permission d’opérer sur terrain. Quant au Ministre de la Justice, de la Protection civique et Garde des Sceaux a reconnu que l’importance du pas amorcé par la CVR. D’autres activités vont poursuivre cette lancée, s’est réjouie Maître Aimée Laurentine KANYANA qui a souligné le trait d’union avec la CVR concerne la mise sur pied de la loi relative à la protection des témoins. La plénière a été unanime à propos de l’élargissement de la période allant de la date de l’Indépendance, le 1er juillet 1962 au 4 décembre 2008, date de la fin de la belligérance. Pour les uns, la borne inférieure doit foncer s’il le faut à l’ère monarchique. L’assassinat du Prince Louis RWAGASORE survenu le 13 octobre 1961 démontre déjà qu’il y avait anguille sous roche. Pour la borne supérieure, le mieux serait de l’étendre au-delà de 2015, année qui a été marquée par des recrudescences de violences liées aux insurrections. Et le Ministre des Droits de la Personne humaine, des Affaires sociales et du Genre d’affirmer que la colonisation endosse la responsabilité des maux qui minent le pays. Les Barundi qui vivaient en harmonie ont connu pour certains des périodes de dénigrement, lequel dénigrement a dégénéré en frustration ; ce sentiment a en fin de comptes éclaté en troubles. Les stéréotypes d’une population éveillée, vouée aux études et d’une autre catégorie bonne à servir, date de cette ère coloniale, a insisté Monsieur Martin NIVYABANDI comme pour révéler que les droits de la personne humaine ne concernent pas seulement la politique, elles embrassent aussi le volet économique. La course pour la compétition aux ressources n’est pas non plus à exclure, a-t-il renchéri. Cette séance plénière a été retransmise en direct par les médias.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |