Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Descentes à l’intérieur du pays

TRAVAUX DE DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRES A BUTERERE

Publié samedi 10 juin 2017
parChristine Nahimana
:
JPEG - 74.7 ko
Le Président de l’Assemblée Nationale en train de faire les travaux communautaires

Le samedi 10 juin 2017 le Président de l’Assemblée Nationale Très Honorable Pascal NYABENDA a effectué les travaux communautaires à l’ECOFO de KIYANGE I en zone Buterere de la commune de NTAHANGWA en Mairie de BUJUMBURA.

Les travaux qui consistaient à préparer le béton pour l’acheminer ensuite au chantier ont vu la participation d’une foule nombreuse. Le Très Honorable Pascal NYABENDA était en effet entouré par le Maire de la ville de Bujumbura et les Parlementaires élus dans la circonscription de Bujumbura ainsi que les différents administratifs de la base jusqu’aux chefs des zones, sans parler du petit peuple.

JPEG - 88.8 ko
Vue partielle de la population en train de faire les travaux communautaires

Au terme de ces travaux de développement communautaire le Maire de la ville de Bujumbura a remercié le Président de la Chambre Basse du Parlement qui, malgré ses multiples obligations s’arrange à trouver du temps pour s’associer aux citadins dans les travaux de développement communautaires.

JPEG - 62.6 ko
Le Maire de la ville s’adressant aux citadins

Pour sa part le Très Honorable Pascal NYABENDA a avoué que c’est pour lui un réel plaisir de partager les travaux communautaires, maintenant que les citadins sont éveillés et qu’ils peuvent aujourd’hui se rencontrer autour des travaux de développement. Et de rappeler un climat malsain qui a caractérisé la zone de Buterere pendant la période des insurrections de 2015. Par ailleurs le Président de l’Assemblée Nationale a révélé une actuelle attitude qui se manifeste en mairie de Bujumbura et cette dernière ternit l’image de tout le pays. C’est la recrudescence des jets de grenades ayant pour mobile règlements de compte, a-t-il confié avant de conseiller les protagonistes d’attaquer la justice au lieu d’attiser les haines fratricides. Et d’exhorter les agents de la sécurité de renforcer les comités mixtes de sécurité.

JPEG - 92.7 ko
Vue d’ensemble de la population

Le Numéro Deux burundais a aussi parlé de la consommation des boissons prohibées et de recommander les administratifs à l’échelle nationale de livrer une guerre sans merci à ces boissons prohibées qui sont nuisibles à la santé de la population. Poursuivant son allocution, le Très Honorable Pascal NYABENDA a aussi rappelé que les fauteurs de troubles dont les auteurs du putsch manqué du 13 mai 2015 ne sont pas encore désarmés.

Ils ont aujourd’hui emprunté la voie économique a expliqué le Numéro Deux Burundais avant de démontrer que ce sont ceux là-mêmes qui s’adonnent à la fraude et à la corruption en acheminant les richesses du pays comme le café et les minerais vers les pays voisins. Cela cause des effets négatifs sur l’économie du pays a –t-il signifié avant de demander à tout burundais ayant l’esprit patriotique de chaque fois dénoncer les cas des fraudes d’en informer les services habiletés. Il ainsi ajouté que même la pénurie du carburant qui fait la une des journaux rentre dans cette même contexte susmentionné.

Ceux qui spéculent sur la vente du carburant sont de mèche avec ces fauteurs de troublesSSS, s’est plaint le Très Honorable Pascal NYABENDA qui est allé jusqu’à établir une comparaison entre le carburant et le sang humain. Même l’OBR est touchée par cette pénurie du carburant étant donné que ce produit embrasse tous les secteurs économiques, a-t-il renchéri. Il en a alors appelé au devoir civique de tout citadin de dénoncer tout déstabilisateur économique.

JPEG - 51.8 ko
Le Président de l’Assemblée Nationale s’adressant aux citadins

Le Numéro Deux burundais a aussi tranquillisé les esprits affolés par la révision de la Constitution. Pour tout pays souverain, la Constitution vient en tête, a-t-il rappelé tout en concluant qu’il revient à chaque pays indépendant de revoir son texte fondamental. Ce souhait a été exprimé lors du dialogue interburundais, a-t-il confié. Seules quelques dispositions de la Constitution qui sont devenues obsolètes seront révisées, a-t-il déclaré comme pour calmer les esprits affolés.

Néanmoins, le Très Honorable Pascal NYABENDA a mis en garde ceux qui rêvent de l’arrêt de la CVR. Le peuple burundais, qui a traversé de moments durs caractérisés par des tueries basées sur l’ethnie, a maintenant enterré la hache de guerre, s’est réjoui le Président de l’Assemblée Nationale qui s’étonne de ces gens qui sont contre cette unité recouvrée. C’est qu’ils s’accusent de quelque chose, a-t-il démontré. Le peuple burundais parle une et une seule langue, ce qui est un atout par rapport à d’autres Nations pour lesquelles même le Chef de l’Etat est obligé de parler dans une langue officielle, a révélé le Président de l’Assemblée Nationale comme pour démontrer que l’unité des Burundais. Il a clôturé son allocution en invitant les associations à visiter l’Assemblée Nationale pour se rendre compte du déroulement des séances plénières.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |