Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ÉVÉNEMENTS » Événements

Le Parlement en Congrès : Le Gouvernement présente l’évaluation de la mise en œuvre du premier rapport semestriel pour les domaines relevant de la Première Vice- présidence de la République

Publié jeudi 11 août 2016
parChristine Nahimana
:
JPEG - 105.8 ko
Vue d’ensemble des Membres de deux Bureaux du Parlement

« Maîtrise de la démographie, organisation d’un forum de haut niveau sur l’état des lieux de l’intégration du Burundi au sein de la Communauté Est Africaine, projection des emplois s’élevant à plus de 11.000, recensement de tous les détenus dans toutes les prisons du pays », telles sont les quelques réalisations des ministères relevant du domaine politique, si on en croit aux propos du Premier Vice-président de la République. Monsieur Gaston SINDIMWO s’exprimait le mercredi 10 août 2016 devant les Honorables Députés et Sénateurs réunis en Congrès, au cours d’une séance d’Evaluation de la mise en application du Programme du Gouvernement pour le Premier Semestre 2016.

Cette activité qui est prévue à l’Article 163 de la Constitution, ne s’est pas déroulée au courant de 2015 à cause des échéances électorales et de la situation sécuritaire précaire qui a caractérisé cette période, a-t-il expliqué en se réjouissant de ce retour à la légalité, un sentiment qu’il n’a pas partagé entièrement avec les Parlementaires. Pour ces derniers, il ne sied pas de parler d’évaluation de la mise en application d’un programme dont ils ne connaissent pas le plan d’actions.

JPEG - 104.3 ko
Premier Vice Président de la République présentant le rapport

Comme il n’existe pas de critères d’évaluations, ils ont conseillé de parler plutôt de rapport. D’autres Représentants du peuple ont aussi proposé que, après l’adoption de la Loi des Finances, chaque Membre du Gouvernement présente son plan d’actions pour l’année suivante. Ils ont aussi suggéré qu’à l’avenir les réalisations accomplies soient exprimées en termes de pourcentage.

Les Parlementaires ont aussi plaidé pour la cause des Anciens Combattants. Ces derniers sont laissés pour leurs propres comptes, ont jugé les Représentants du peuple qui ont démontré que le traitement d’un PMPA (Parti et Mouvement Politique Armé) est différent de celui d’un ex FAB (Forces Armées Burundaises). Ils ont également émis le souhait des Anciens Combattants. Ces derniers, ont-ils rapporté, proposent que le Ministère de la Défense Nationale et des Anciens Combattants change d’appellations pour que le volet « Anciens Combattants » soit intégré ailleurs comme au Ministère ayant en charge la Solidarité Nationale.

Les Honorables Députés et Sénateurs ont, en outre, fait remarquer au Deuxième Vice-président de la République l’importance de la communication. Le public n’est pas au courant de bonnes œuvres accomplies par le Gouvernement quand par exemple il recouvre des montants pour des produits qui étaient frauduleusement exonérés ou quand des détenus injustement emprisonnés sont libérés.

JPEG - 158.1 ko
Vue partielle des Parlementaires en congrès

Par ailleurs, la formation patriotique a intéressé les Parlementaires qui trouvent pathétique le cas des Burundais qui maudissent leur propre patrie. Même l’équipe nationale n’est pas épargnée !, ont-ils plaint. La Résolution 2303 des Nations-Unies a été aux lèvres de plus d’un Parlementaire. Force leur a été de constater que seule la sensibilisation reste de mise.

Sachez que huit Ministères relèvent de la coordination de la Première Vice-présidence de la République. A côté du Ministère de l’Intérieur et de la Formation Patriotique, le Ministère à la Présidence chargé des Affaires de la Communauté Est Africaine et le Ministère à la Présidence chargé de la Bonne Gouvernance et du Plan, il y a aussi le Ministère de la Justice et Garde des Sceaux, le Ministère de la Fonction Publique, du Travail et de l’Emploi, le Ministère de la Défense Nationale et des Anciens Combattants, le Ministère des Relations Extérieures et de la Coopération Internationale.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |