Assemblée Nationale du Burundi

 

Accueil du site » Français » ACTIVITÉS » Actualité

Le Parlement burundais invité au dialogue inter-burundais.

Publié jeudi 9 mars 2017
parArlette Akimana
:
JPEG - 60.1 ko
Les Membres du Bureau du Parlement pendant la séance de dialogue

Jeudi le 09 mars 2017, la Commission Nationale du Dialogue Inter-burundais a organisé une séance de dialogue à l’endroit des Députés et Sénateurs.

Comme l’a indiqué le Président de cette commission, Monseigneur Justin NZOYISABA, cette séance se fait vers la fin du dialogue inter-burundais, la commission a déjà donné la parole aux différentes couches de la population, c’est donc l’occasion d’écouter les avis des représentants du Peuple. Ces derniers ont donc donné leurs contributions quant aux mécanismes nécessaires pour qu’il y ait une paix et une démocratie durables au Burundi.

JPEG - 59.6 ko
Le Président de l’Assemblée Nationale entrain de s’exprimer pendant la séance de dialogue

Pour le Président de l’Assemblée Nationale Très Honorable Pascal NYABENDA, il faudrait déterminer ce qui prime entre la Constitution et les Accords d’Arusha, selon lui, c’est la Constitution qui devrait primer car c’est la loi fondamentale qui a été votée par le peuple. Il a aussi ajouté qu’il faudrait que la constitution soit amendée pour l’adapter aux réalités du moment. En ce qui concerne les mandats présidentiels, Très Honorable Pascal NYABENDA a indiqué que ce ne devrait pas être un problème, les burundais doivent s’entendre sur le nombre de mandats, mais si un Président est populaire et que le Peuple le réclame, il faudra tenir compte de la volonté du Peuple.

Revenant sur les coups d’Etat qui ont marqué des décennies au Burundi, Très Honorable Pascal NYABENDA a demandé qu’il y ait des enseignements depuis la base pour que ça ne se reproduise plus et que tout le monde sache que c’est le Peuple qui doit élire ses dirigeants à travers les urnes et que ceux qui s’aventureraient à préparer des coups d’Etat doivent être sévèrement punis.

Quant à l’Honorable Agathon RWASA, il a indiqué qu’il faudrait que chaque pouvoir en place gouverne pour tout le Peuple sans distinction et que toute la population puisse avoir confiance en ses dirigeants. Il a également indiqué qu’il y a beaucoup de partis politiques qui ne sont pas visibles sur terrain. Il a aussi demandé que la justice soit indépendante et tranche équitablement.

Et pour l’Honorable Jocky Chantal NKURUNZIZA, il faudrait qu’il y ait des descentes dans les camps de réfugiés pour leur sensibiliser sur le retour au pays. Il faudrait aussi que les femmes soient beaucoup plus représentées dans les instances de sécurité, comme l’armée, la police, les comités mixtes de sécurité, les commissions de désarmement, etc.

Les autres Députés ont aussi donné leurs contributions. Ils demandent qu’il y ait prise en compte de la volonté du Peuple quant au nombre des mandats présidentiels, d’autres demandent qu’il y ait des mécanismes de lutte contre la pauvreté afin que la population puisse manger à sa faim ; pour d’autres, il faudrait qu’il y ait modération quant à la démographie galopante.

La question des quotas ethniques est aussi revenue, certains Députés disent propose que chaque groupe ethnique soit représenté au Gouvernement, à l’Assemblée Nationale et dans les instances de sécurité à hauteur de son effectif total au Burundi. Les Parlementaires Batwa ont aussi souhaite que les Batwa soient beaucoup plus représentés dans les instances de prise de décision. En ce qui concerne l’amendement de la Constitution, la majorité a demandé que la Constitution soit amendée. Pour d’autres, il faut que des enseignements en rapport avec la démocratie soient décernés à toute la population et que les politiciens prêtent serment d’accepter le verdict des urnes avant qu’ils ne s’engagent dans la compétition électorale.

Les femmes parlementaires ont insisté sur une grande représentativité des femmes dans les instances de prise de décision, à hauteur de 50%, mais aussi dans le monde des affaires. D’autres Parlementaires ont demandé qu’il y ait une politique de création d’emplois chez les jeunes et qu’il y ait harmonisation des salaires.

 
BP 120 Bujumbura - Burundi | Tél. : +257 22 26 70 55/51 | Email : communication@assemblee.bi |